Le désir féminin en question

Désir femmeC’est après avoir regardé un très beau documentaire* sur le désir féminin que de nombreuses questions se bousculent dans ma tête. Petites filles nous avons appris à sourire, être jolie, se vêtir. Se rendre désirable en somme. Ados nous découvrons la sexualité et perdons notre virginité souvent par amour ou parfois par conformisme ou nécessité. La question du désir et du regard posé sur l’autre – l’homme – est rarement abordée. Adulte, le sentiment amoureux guide nos choix de partenaires intimes. Une femme a besoin d’aimer pour faire l’amour, vous comprenez. Les hommes eux ont du désir. Ils souhaitent faire l’amour tout de suite. Ou plutôt devrais-je dire avoir une relation physique avec l’autre, la femme. La question du sentiment amoureux passe au second plan. Alors la femme, se rend désirable et en joue. Elle commence à ressentir quelque chose. Ce n’est pas encore de l’amour, mais elle se dit que cela peut le devenir. Alors elle se livre (étrangement, la femme se donne à l’homme et non le contraire) et ensemble ils passent la nuit à se découvrir. Etre désirable, nous les femmes, nous maîtrisons. Désirer, c’est autre chose. Il ne faut pas le dire trop fort de peur de passer pour une femme facile. Pourtant, s’autoriser à désirer et être désirable, ne serait-ce pas le début d’une plus grande complicité charnelle ? Questionnement !

Idées préconçues, à oublier ?

Nous savons que nous ne devons pas tout dire aux hommes et respecter certains rituels : embrasser au troisième rendez-vous, ne pas coucher avec trop tôt ou avec trop de garçons (ou alors ne pas le dire), ne pas utiliser des mots crus comme vagin ou clitoris (clitoQUOI ?), ne pas trop dire qu’on a envie de sexe (excusez-moi, de faire l’amour pour une femme)… Faire et ne pas faire. Sinon, la femme que nous sommes perd de sa fragilité et de son innocence. Rappelez moi, nous sommes en 2014, en France et nous devons toujours mentir à notre nouvel homme sur le nombre de nos conquêtes (moi ? 3 ou 4 seulement).

Tout cela peut faire rire. Et pourtant. J’entends beaucoup de femmes  se réserver pour un homme ou alors mentir de peur de froisser le virilité de l’homme. Et si comme lui nous avions envie d’une étreinte au premier rendez-vous. Que serions-nous ? Une fille facile, et lui un Don Juan. Il pourrait même se vanter auprès de ses amis hommes d’avoir si bien su séduire une femme.

Les hommes ne s’en cachent pas. Ils préfèrent une femme qui ne soit pas trop « usagée ». « Une seconde main d’accord, mais pas une occasion qui a bien roulé ». Yeurk !!!!! Ces discours m’interpellent et ces propos me mettent en colère. L’amour c’est comme le reste : l’apprentissage passe par la pratique. Notre corps devient-il différent si nous faisons 10 fois l’amour avec 10 garçons plutôt que 100 fois avec le même. Je ne crois pas non !

Attention, je ne vous dis pas de coucher avec plein d’hommes. Je vous invite juste à vous questionner sur votre désir qui est parfois étouffé par une société très inégalitaire sur les questions de sexualité.

S’autoriser à désirer un homme

Je pense que nous avons toutes la capacité à désirer le corps de l’autre. Un homme pourrait donc désiré et être désirable. C’est fou, même ces mots « un homme désirable » ainsi accolés sonnent faux.

Devrions-nous apprendre à faire émerger notre désir sexuel, nos fantasmes, pour mieux vivre l’amour ? Se laisser aller à regarder ses bras, son visage, ses fesses et s’imaginer vivre une folle nuit d’ivresse avec lui ? Il nous prendrait et nous ferait l’amour. Et si nous le prenions pour lui faire l’amour. Et si la nuit nous n’étions pas dans ses bras, mais lui dans les nôtres ? Dans le documentaire « Mes questions sur » dont je vous parlais plus haut, une des intervenante chercheuse en médecine étudie le clitoris. Elle explique que pour elle, la femme prend l’homme. Elle le démontre par un geste assez déconcertant. Elle met la main du journaliste dans la sienne et dit simplement :

Vous voyez, je vous prends la main. Pourquoi serait-ce différent avec le vagin qui englobe également le sexe de l’homme ?

Nous sommes formatées à penser que la femme se donne à l’homme. Il a d’ailleurs – enfin c’est ce qu’on dit – plus de désirs que la femme. Le vocabulaire amoureux lui même va dans ce sens. Et si nous pensions autrement. Et si la question était simplement celle-ci : s’autoriser à avoir du désir et le montrer pourrait-il nous (homme + femme) rendre plus heureux ?

Cette nuit, dans une chambre d’hôtel bruxelloise, je m’interroge. La prochaine révolution est-elle sexuelle ? L’émergence du désir féminin peut-il sublimer les relations entre les hommes et les femmes ? Et vous, qu’en pensez-vous ?

*Le documentaire sur le désir féminin « Mes questions sur » est réalisé par Serge Moaty et diffusé sur France 5. Le replay est à cette adresse http://www.france5.fr/emission/mes-questions-sur/diffusion-du-11-03-2014-20h35

Une réflexion sur “Le désir féminin en question

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s