Cuir, vinyle et latex, bienvenue à la Nuit Dèmonia !

nuit demoniaCe samedi de juin 2014, c’est près de 1700 personnes qui pénétraient les Crayères des Monquartiers à Issy-les-Moulineaux. A l’entrée une salle était prévue pour permettre à chacun de revêtir sa tenue fétichiste. Vinyle, cuir et latex étaient les seules matières autorisées pour cette soirée BDSM. Découverte !

La soirée commence et je vois défiler devant mes yeux – plutôt émerveillés – des costumes tous aussi beaux qu’improbables. A côté de tenues dignes d’un défilé de mode, des hommes et femmes moulés dans du vinyle ou du latex côtoient Catwoman de rouge vêtue, militaires et soubrettes. Tous traversent les galeries au rythme des claquement de fouet. Dress code oblige, j’avais fait l’acquisition d’une longue jupe noire fendue sur les côtés et rehaussée d’un ruban de couleur rouge, puis d’un bustier sanglé au niveau du cou. Le tout en vinyle. Je n’aurais jamais osé sortir dans la rue ainsi. Mais j’avoue que je me trouvais plutôt sexy !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour compléter ces codes BDMS, chaînes, laisses, fouets et cravaches étaient de rigueur. BDSM, quatre lettre pour Bondage et discipline, Domination et soumission, Sadomasochisme. Les genres se mélangent et les différences sociales sont gommés. L’octogénaire averti fréquente la jeune novice – Ou peut-être est-ce l’inverse – Personne ne juge et tous, habitués ou non, se retrouvent sans s’imposer de limite. Si ce n’est celle d’un consentement mutuel.

Autour de moi, le bruit du fouet résonne pour se perdre au loin. Certains s’adonnent à des plaisirs peu connus du grand public : démonstration de maniement du fouet, shibari, esclaves enfermés dans une cage ou à même le sol servant de repose-pied à une domina, atelier massage réalisé par un fétichiste des bottes…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Shibari a particulièrement attiré mon attention. C’est l’art d’attacher une personne puis de la suspendre. Mais attention, cela n’est pas si simple et requiert un véritable savoir-faire. Pour certains, cette discipline est considéré comme une pratique artistique à part entière. L’attacheur et son modèle, se livrent à cette exercice érotique avec beaucoup de grâce. Ils sont comme en transe dans un monde qui leur est propre. Les cordes sont nouées lentement. Le modèle livre sa nudité à des caresses plus ou moins sévères. Cette performance oscille entre art, sadomasochisme et érotisme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avant de quitter la soirée, je m’attarde une dernière fois dans les galeries. Je remarque qu’à l’inverse d’une boîte plus classique, il n’y a pas de drague insistante ou de gestes déplacés envers des inconnus. Cette première excursion en milieu BDSM m’a permis de soulever légèrement le voile sur ces pratiques. Je remercie Hervé Photograff pour ses photos et surtout le blogueur du site nouveauxplaisirs.fr qui a été mon guide et sans qui je n’aurais pu en apprendre autant. Il m’en reste toutefois encore beaucoup à découvrir….

Et vous, avez-vous déjà vécu une expérience BDSM ?

4 réflexions sur “Cuir, vinyle et latex, bienvenue à la Nuit Dèmonia !

  1. Moi pur soirée, j’ai adoré et trouvé mieux que la précédente…. la black room au top, un dj qui assure, de la place pour circuler, pleinsss des gens sympathiques avec qui discuter librement.
    à refaire tout les ans.

    J'aime

  2. Pour y être aussi allée, je suis 100% d’accord avec toi: mélange des genres, des classes sociales et des générations. C’est super rare à Paris. Pourtant, c’est le secret d’une vraie teuf.
    Par ailleurs, j’ai quand même noté quelques mecs lourdingues. J’étais assise pénarde, quand un mec portant une laisse au cou, s’est mis à genoux à mes pieds. Il est resté bien 5 minutes comme ça. Puis, d’un coup, il a essayé de me lécher les bottes. Je l’ai dégagé. Pour moi, je trouve ça aussi irrespectueux qu’un mec qui te roule une pelle ou qui se frotte sur toi sans ton consentement. Lourdingue version BDSM !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s