Marion Favry, portrait d’une auteur pornographe

S'occuper en t'attendant, Marion FavryMarion Favry est « auteur pornographe ». Ces deux mots accolés ensemble sonnent si bien pour une femme, que je n’ai qu’une hâte : découvrir son livre ! « S’occuper en t’attendant », est son premier roman publié, aux éditions La Musardine. Marion Favry, anime aussi des ateliers d’écriture et c’est dans ce cadre que je l’ai rencontrée. Fruit du hasard, j’ignorais alors qu’elle ferait l’objet d’un article sur mon blog. Pourtant notre conversation, le soir autour d’un verre, aurait pu me mettre la puce à l’oreille. Nous avons parlé du monde de l’édition et des femmes fontaines. Portrait de Marion Favry, auteur pornographe !

Ce livre a une étrange histoire et aurait pu ne jamais paraître. Marion Favry écrit depuis toujours. Enfant, elle s’inventait des sujets de rédaction. Juste pour écrire. Mais ce n’est que vers l’âge de 30 ans qu’elle renoue avec ce plaisir à travers des ateliers d’écriture. Elle se met alors à écrire sur tout et noircit ainsi des centaines de pages. Ce sont plus des fragments de récits épars et parfois des Nouvelles, mais aucun texte sur le long court.

« S’occuper en t’attendant » est né de rencontres. D’abord celle d’un internaute sur un forum professionnel. L’homme est auteur et même si ce forum n’a aucun rapport avec la littérature, il perçoit un certain talent à la lecture des messages que Marion Favry poste. Il lui conseille d’écrire un roman.

A cette époque, Marion ne se sent pas capable d’écrire un livre. Toutefois elle se prend au jeu et lui envoie un premier chapitre. Il trouve que ce premier texte est vraiment bien et l’incite à continuer. Ce n’est que quelques mois plus tard que Marion lui fait parvenir son roman. Il est composé de nouveaux textes et de fragments érotiques qu’elle a commencé à écrire assez récemment. L’homme qui connaît bien le monde de l’édition le montre à un éditeur. Un rendez-vous aurait dû avoir lieu, mais rien n’aboutit.

Plus tard, une seconde rencontre a lieu. Cette fois avec un auteur qui est aussi éditeur. Elle lui parle de son livre. Il le lit et trouve que ce roman peut être publié. C’est alors qu’elle réalise son envie de le partager avec des lecteurs Elle l’envoie à deux maisons d’édition et n’indique que son adresse postale. Entre temps, elle change de travail, déménage et commence une nouvelle vie parisienne.

Quelques mois plus tard, elle retourne à son ancienne adresse pour récupérer des affaires. La lettre de La Musardine l’attendait depuis deux mois. La maison d’édition lui écrit pour lui annoncer que son livre est retenu pour publication dans la catégorie pornographie.

Ecrire de la littérature érotique est comme un plaisir d’enfant. C’est un gros mot qu’on dit en douce dans les cours d’école.

Marion n’avait jamais lu de livre érotique et ne savait pas qu’elle serait un jour auteur pornographe. Quand je lui demande pourquoi ce choix d’écriture, elle me regarde un temps. Je vois danser dans son regard un « je ne sais quoi » de mutin. Puis elle me répond : « écrire de la littérature érotique est comme un plaisir d’enfant. C’est un gros mot qu’on dit en douce dans les cours d’école. »

Son livre « S’occuper en t’attendant » est l’histoire d’une passion sexuelle. Une jeune femme, libertine, vit une histoire d’amour avec un homme marié. Leur relation est entrecoupée de ruptures. La jeune femme comble le vide laissé par cet homme dans les bras d’autres hommes et découvre de nouveaux plaisirs charnels.

« S’occuper en t’attendant » est paru en novembre 2014 aux éditions La Musardine. Depuis ce livre, Marion Favry ne lâche plus sa plume et a déjà plusieurs romans en attente de publication dans ses tiroirs.  L’écriture, chez elle, est devenue une passion. Elle anime aussi des ateliers d’écriture et propose en mai prochain un atelier d’écriture érotique.  Je n’ai pas encore lu son livre car j’écris cet article peu de jours avant sa sortie, mais j’ai hâte. En attendant, il faut bien s’occuper.

Et vous, allez-vous vous laisser tenter ?

En savoir plus – La présentation de l’éditeur 

Pour oublier son amant, homme marié, mais lâche – pour « s’occuper en attendant » –, Marion Favry explore un registre infini de plaisirs charnels en compagnie d’hommes de substitution. Aucune pratique n’échappe à sa soif d’abandon : boîtes, saunas, clubs, couples échangistes, toujours avec ce regard scrutateur d’une narratrice qui observe les réactions de ses compagnons de chair et tente d’analyser les siennes, nullement dupe du fait que peut-être tout ceci est vain. Mais que c’est, après tout, une option comme une autre pour gagner l’oubli et la liberté d’être… La crudité de ce « je » féminin a de quoi surprendre : le ton est franc, le vocabulaire explicite, proche de l’oralité parfois, mais le style maîtrisé permet d’éviter l’écueil de la vulgarité.

S’occuper en t’attendant est un récit très « brut » de la part d’une femme, contrebalancé par des harangues à l’amant qui parlent d’amour perdu et de sentiments écornés… Une juxtaposition parfaitement réussie. « 

3 réflexions sur “Marion Favry, portrait d’une auteur pornographe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s