Philippe Lecaplain, auteur érotique

Lecaplain PhilippeQuand Philippe Lecaplain fait surgir de derrière mon oreille sa carte de visite, j’ai l’étrange sensation qu’il lui en a plus d’une dans son jeu. Je ne savais pourtant pas encore à quel point cet auteur était pluriel. Romancier, magicien, passionné d’aviation, journaliste radio, entre deux sessions d’informations sur RFI, il s’intéresse à tout. Il s’en amuse parfois et s’en inspire souvent. Ses deux premiers livres sont des recueils d’expressions enfantines. Il se livre ensuite à la rédaction d’un ouvrage plus sérieux « Communiquer avec les médias » et enfin, le livre qui nous intéresse « Ces dames de l’annonce » paru aux éditions Tabou. L’homme ne se dit pas écrivain mais simplement auteur. Pourtant, dans son dernier ouvrage, il raconte les aventures d’un homme libertin qui passe une annonce dans un journal afin de rencontrer une « femme féminine, accomplie, gourmande et sûre de ses désirs ». Portrait de Philippe Lecaplain, auteur érotique !

C’est au café très chic et parisien « la Closerie des Lilas » que je lui donne rendez-vous. J’y suis en avance et m’installe à une table. Quand il arrive, il regarde le lieu avec attention et m’annonce qu’il n’a pas l’habitude de ce genre d’endroit. « Vous êtes en train de faire mon dépucelage mondain » me dit-il. Le ton est donné !

Lecaplain Philippe Ces Dames de l'annonceSon livre « Ces dames de l’annonce » se lit comme un recueil de Nouvelles. Il a pour fil directeur les rencontres que fait un libertin grâce à une petite annonce qu’il a passé dans un journal. Princesse Alexandra, est celle qui, la première, prend naissance sous sa plume. En fait, l’après midi où il écrit cette histoire, il s’ennuie. Il se livre donc à l’écriture de ce texte et s’inspire des « SAS », ces romans de Gérard de Villiers qui mêlent voyages exotiques, intrigues d’espionnage et… sexe.

Par la suite, quand fantasmes ou amusements surgissent, il les couche sur le papier. Il ne se fixe pas d’objectif ni de dead line. Ce qu’il veut, s’est s’amuser et rompre avec l’écriture journalistique le temps des vacances. Il me dit que « L’histoire du bouquin est avant tout une façon de me laisser aller au plaisir d’écrire et de jouer avec les mots. De la même manière que j’en joue de manière aride et très ascétique dans mon métier, dans ce registre là, je voulais avoir une écriture ludique et déliée. »

Au fil des histoires de sexe ou de rencontre, humour et érotisme s’entremêlent. Son personnage, un libertin, rencontre 18 femmes. Cela donne lieu à 18 nouvelles. Artiste en recherche de semence, épouse d’un fan de foot qui pour l’arracher à son écran lui demande de commenter ses ébats, bonne sœur en quête d’un rendez-vous anonyme,aristocrate ou fétichiste du nombril sont autant de femmes rencontrées au fil des pages. L’écrivain explore les sexualités, joue avec les mots et jongle entre les styles avec audace pour décrire chaque rencontre au plus près du personnage.

Lorsque je lui demande pourquoi le choix de la littérature érotique, il m’explique sur un ton très sérieux qu’il a en fait trois chromosomes : « Le X et le Y, mais aussi le Q ! ».

Certaines de ces rencontres sont-elle inspirées par sa vie ? Le regard coquin, il cite Boris Vian : « Ces histoires sont vraies puisque je les ai inventées ». Philippe Lecaplain observe beaucoup et se montre curieux de tout. L’homme est charmant, un brin séducteur, bien élevé, il a le bon goût de placer des mots plus crus là où on ne les attend pas. Ce jour là, je n’en apprendrais pas plus sur ses pérégrinations sensuelles.

J’apprends qu’il a débuté un nouveau roman cet été. Il élude le titre mais me confie que son personnage principal est, cette fois-ci, une jeune femme coquine et ouverte aux nouvelles expériences. La romance commencerait par des vacances à la montagne, mais comme il n’en a écrit que quelques pages et ne m’en dira pas plus.

Notre rendez-vous touche à sa fin, l’homme me fait un dernier tour de magie puis disparaît. Plus tard, j’allume la radio à la recherche de son émission que j’écoute avec attention. Sa voix est complètement différente, le ton est très professionnel et les notes coquines que je pouvais déceler face à lui ont disparu. Je ne le reconnais pas. Cet homme est décidément pluriel.

Et vous, allez-vous chercher à en savoir plus et vous procurer son livre ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s